fintechs erp

L’émergence des FinTechs : l’oligopole des ERP disrupté, l’offre diversifiée

Outil de GED, OCR, ordonnancement des tâches, cabinets dématérialisés, sécurisation des paiements fournisseurs, éditeur de facture de ventes, outils de notes de frais, détection d’anomalies, compliance, études de marché, outils de prédiction et d’automatisation… ces solutions émergentes simplifient la vie des DAF et des Experts-Comptables. Cette richesse de l’offre des solutions de Corporate Finance (grâce à l’émergence des FinTechs) transforme le marché des éditeurs et met en péril l’oligopole des ERP.

L’oligo-quoi des ERP ?

En économie, un oligopole est une situation où il existe un nombre restreint d’offreurs pour répondre à une très grande demande. Sur ce type de marché, les consommateurs sont de fait « Price taker » : leur pouvoir de négociation est très limité. Cette situation est peu propice à l’innovation car la faible intensité de la concurrence n’incite pas nécessairement les acteurs à renouveler leur offre pour faire face à la menace de nouveaux entrants.

Du point de vue de la profession, l’arrivée des FinTechs est plutôt positive : le progrès arrive (enfin) dans le monde de la finance d’entreprise.

Qu’il s’agisse de gagner du temps, préserver le patrimoine, optimiser ses process ou prévenir la fraude les nouvelles technologies se mettent au service des métiers du chiffre. En 2021, il est en effet possible de gérer le travail à distance, de s’émanciper des contraintes de stockages ou d’avoir à disposition l’information à tout moment depuis n’importe quel appareil.

La révolution en cours dans les secteurs finance & comptabilité

Cette révolution (osons le terme) est à la fois celle de la RPA (Robotic Process Automation) et de l’ATAWAD (Any Time, Any Where, Any Devices).

Le mauvais côté, c’est la confusion qui s’installe parmi les professionnels face à une telle diversité de l’offre. Alors qu’il n’existait qu’un nombre d’acteurs très limités sur le marché il y a encore 5 ans, l’oligopole des grands éditeurs d’ERP s’est retrouvé parasité par l’arrivée d’une multitude de FinTechs.

Contrairement à ces acteurs historiques qui cherchaient à maitriser le process de A à Z en couvrant le flux de la prise de commande jusqu’au recouvrement de la créance, les FinTechs disruptent le marché avec des outils ayant 1 seul objectif : être le meilleur sur une fonctionnalité précise de la fonction finance.

Cette intensification de la concurrence est très saine pour le marché car elle inverse le rapport de force qui existait jusqu’à présent entre les éditeurs d’outils et leurs utilisateurs. Dorénavant la balle est dans le camp des collaborateurs et la seule règle qui compte devient la satisfaction client. Pour chacun de ces outils, les keys of success dépendront des besoins du marché : gain de coûts, gain de temps, gain de confort …

Et nous dans tout ça ?

Chaintrust est un outil SaaS de préproduction, basé sur l’IA et l’OCR, capable :

  • D’organiser votre environnement de travail grâce à la GED ;
  • D’archiver vos documents de manière fiable et opposable à l’administration en cas de contrôle (piste d’audit fiable) ;
  • De saisir vos pièces comptables dans les bons comptes, même s’il y a plusieurs taux de TVA et plusieurs rubriques de facturation ;
  • D’importer vos opérations bancaires dans votre comptabilité ;
  • Et d’ici peu, de lettrer vos opérations courantes avec les imports de banque 😉

Concept Définition Intérêt pour le cabinet
SaaS Les SaaS sont des solutions logicielles en lignes disponibles depuis une plateforme. Disponible partout, tout le temps, depuis n’importe quel appareil.
Aucune installation, aucun stockage, tout est archivé dans le cloud.
Préproduction Outil qui intervient en amont de validation des écritures. Chaintrust se positionne en amont de la validation de saisie dans l’ERP. Cela permet : Une certaine flexibilité au cabinet qui peut changer à tout moment d’ERP.La possibilité de modifier et de sélectionner les écritures avant import À noter que les écritures font l’objet de tests d’audit avant import (doublon, séquentialité des factures de ventes …)
OCR L’optical character recognition est une « l’œil de la machine ». Il lui permet de reconnaitre les formes, les mots, les chiffres et autres champs sur une facture / contrat. L’OCR permet de lire et de relever les informations essentielles des contrats factures. Capable de distinguer une date, d’un montant, il peut automatiquement les informations nécessaires à la saisie d’une pièce comptable.
GED La gestion électronique de document La GED permet aux utilisateurs d’avoir la pièce disponible à tout moment et de pouvoir l’opposer en cas de contrôle fiscal. Les archives Chaintrust sont organisées et labellisées. Chaque document est estampé, signe visible qu’il s’agit d’une preuve d’audit fiable.
Bank Scrapping Le scrapping de banque est un procédé qui permet d’interroger un compte bancaire afin d’y extraire toutes les transactions Le scapping permet de fluidifier le processus d’import de banque. L’utilisateur n’a plus qu’à « cliquer sur un bouton » depuis son outil sans avoir à se connecter sur son compte bancaire.
Machine Learning Le machine learning est une forme d’intelligence artificielle qui apprend d’elle-même. Grâce au machine learning, les algorithmes peuvent offrir une solution sur-mesure en apprenant les règles et contraintes spécifiques à chaque client. En cas d’erreur, les algorithmes capitalisent sur l’apprentissage permettant d’accroitre leur efficacité avec le temps.

Vous souhaitez en savoir plus sur les FinTechs ?

écrit par Léopold Wenger