Comment sauver les professions réglementées

Ce n’est un secret pour personne : les professions règlementées sont menacées.

Les chauffeurs de taxis en furent les premières victimes, bien sûr, mais bientôt les avocats, pharmaciens, et experts-comptables seront en ligne de mire face à des startups proposant des services technologiques révolutionnaires.

L’automatisation et l’Internet sont les principales menaces face au métier traditionnel d’expertise comptable.

Cependant, alors qu’il est évident que certains pans de ce secteur sont menacés, il est aussi évident que cette profession ne peut pas être automatisée à 100%. C’est pourquoi, chez Chaintrust, nous pensons que les services qui proposent uniquement de l’automatisation et qui s’adressent aux clients finaux font une erreur, car ces clients, même s’ils ne le savent pas forcément au moment de la création de leur société, attendent bien plus qu’un service standardisé

Nassim Taleb, dans son ouvrage « Antifragile », parle des réponses que les hommes apportent face aux grandes crises. Il y explique que certains acteurs peuvent profiter des événements de crise pour grossir et se renforcer, à condition toutefois de changer de comportement : au lieu d’essayer de se « défendre » face à une évolution inévitable, on peut au contraire s’adapter à cette évolution pour proposer de nouveaux services.

En d’autres termes, on ne peut pas éviter une vague, mais on peut apprendre à surfer !

Il existe donc une fenêtre d’opportunité pour les experts-comptables à profiter de l’automatisation plutôt qu’à en souffrir. Paradoxalement, pour que votre cabinet profite des nouvelles technologies, il faut dès maintenant l’automatiser.

D’autre part, l’adoption des nouvelles technologies va vous permettre de gérer votre volume plus efficacement et vous permettre d’acquérir des clients de plus en plus importants.

Les clients qui ont un gros volume de factures vont vous demander un service de plus en plus personnalisé à mesure que leurs sociétés évolueront. Si vous restez sur un mode de travail artisanal, vous ne serez pas capable de traiter le volume tout en offrant un service personnalisé. Seule une gestion automatisée vous permettra de le faire.

C’est la raison pour laquelle la plupart des grosses sociétés préfèrent internaliser la comptabilité : de leur point de vue, un expert-comptable « traditionnel » ne peut pas s’adapter et leur offrir le service personnalisé qu’elles demandent.

Chez Chaintrust, nous pensons au contraire que grâce aux nouvelles technologies, les experts-comptables vont pouvoir récupérer ces clients demandeurs et qualitatifs à des prix défiant toute concurrence.

Il y a donc un marché « dormant » énorme que seuls les experts-comptables très technologiques pourront récupérer

Pour faire partie de cette catégorie, il faut être capable d’accueillir l’IA dans votre cabinet.

Mais que veut dire, au juste, « accueillir l’IA » ?

Votre métier et vos connaissances actuelles ne vous ont pas nécessaire préparé à l’évolution technologique qui se déroule sous vos yeux. Il serait évidemment inutile de chercher à tout comprendre sur les technologies d’intelligence artificielle, cela prendrait trop de temps et vous n’auriez pas le temps de transformer votre cabinet.

Cependant, il existe quelques méthodes simples que vous pouvez mettre en place dès maintenant pour permettre à une société d’automatisation de vous offrir les bons outils pour numériser et automatiser votre cabinet.

La première est d’harmoniser vos plans de compte.

Vos clients ne s’en rendent pas forcément compte, mais leur comptabilité est en réalité leur base de données. Vos collaborateurs comptables sont donc, de faire, des ingénieurs de données. Pour pouvoir automatiser la saisie, il faut donc que les données soit « propres » c’est-à-dire harmonisées et normalisées : cette formule résume tout : automatisation = harmonisation.

Par exemple, essayez de ne garder qu’un seul compte « fourre-tout » : Pensez-vous vraiment avoir besoin de séparer les FRESTO, FHOTEL et FESSE ?

De même, vous pouvez appliquer une règle unifiée pour les immobilisations, afin de ne pas laisser cette prise de décision à un collaborateur inexpérimenté.

Idéalement, pour l’éclatement des factures en plusieurs comptes de charges, vous devez tenter au maximum d’appliquer les mêmes règles pour tous vos clients. Plus les règles seront normalisées, plus ce sera facile les automatiser.

Ces petites mesures semblent avoir un faible impact à première vue, mais le coût d’opportunité est beaucoup plus énorme que vous ne l’imaginez. Un algorithme d’apprentissage automatique fonctionnera infiniment mieux si les plans de compte sont complètement harmonisés.

C’est pourquoi, chez Chaintrust, nous proposons à tous nos clients une phase d’harmonisation pendant les tests du produit

De même, imposez à vos clients le scan systématique des pièces comptables. Vous pouvez également faire une liste de vos clients qui le refusent pour estimer le coût du scan et le reporter sur les factures.

La partie scan peut et doit absolument être complètement décorrélée de la partie saisie. En attendant que la facture électronique devienne obligatoire, vous devez stocker tous vos scans dans un seul et même système cloud en ligne pour tous les clients.

De plus, ce cloud doit idéalement être « ouvert », c’est à dire accepter les API tierces. Si vous choisissez un cloud fermé proposé par certains éditeurs et relié à un logiciel comptable, vous vous exposez à une dépendance technologique forte, ce qui ralentira, plutôt qu’accélérer, votre production comptable.

A quel point êtes-vous prêts à accueillir l’IA?

(Et pour ceux qui veulent être aidé dans cette démarche, c’est par ici : www.chaintrust.io/) <3